Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 06:01


Poly tics.

Le pot aux roses très mièvres.



Ils sont fiers comme Artaban, calent

Ils voudraient appliquer la politique de l'autre ruche

Mais c'est du pipeau de chagrin

Alors qu'il faudrait prendre des mesures draconiennes, rieuses

Remettre le couvert, et rouge

Accorder leurs violons, en large

Ils mettent le feu aux poudres, escampettes

Avec leurs élections du bois

Mais c'est l'arbre qui cache la forêt, au milieu

Le véritable problème, haine, opé..,

Ce sont les idées à jouer

C'est le bouquet des brumes

Ils ont ouvert la boite de Pandore, et déjà...

Le parti, chaud,

N'est plus solide comme un roc, Trédudon ?

Attentat ? Debout !

Au dessus de leur tête de pioche

Une épée de Damoclès de 12

Ils ne l'emporteront pas au paradis roses

Ils sont au bout du rouleau de printemps

Tout seuls, Ils s'enlèvent le pain de la bouche, dégout

La pomme de discorde doit sauter

Et pour rendre, de but en blanc, et noir

La monnaie de sa pièce, montée

A l'omni-président de lait

Lui clouer le bec benzène

Pour décrocher la timbale du samedi soir

C'est une autre paire de manches, à air !

Il faudrait prendre les problèmes à bras le corps, sage

Qu'ils écoutent que coûte

Leurs adhérents d'oignons

Eux en viennent aux mains dans les poches

Essaient de noyer le poisson d'avril

Jouent du pipeau de vache

Et leurs oreilles à tous sifflent, les Verts

Ils ne sont pas à la veille de porter un toast au raisin


 

sb.13.09.2009                                    Accueil

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne 16/09/2009 20:00

J'aime vraiment beaucoup tes jeux de mots. Et le fond aussi.